[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le sélénium est un oligoélément ayant des propriétés antioxydantes. Il joue donc un rôle majeur dans l’organisme aux côtés des autres substances antioxydantes que sont les flavonoïdes par exemple, présentes notamment dans le vin rouge et le thé vert.

L’autre caractéristique de cet oligoélément particulier est qu’il doit impérativement être apporté par notre alimentation.

Où trouver du sélénium ?

L’organisme ne fabrique pas de sélénium. Cet oligoélément doit donc être apporté impérativement par notre alimentation.

On en trouve surtout dans les produits de la mer (poisson, huîtres, coquillages, crustacés…) et dans les abats (foie, rognons…).

Des traces de sélénium sont également présentes dans les céréales et les légumes, mais leur teneur dépend directement de la richesse du sol en sélénium. Sinon, c’est la noix du Brésil qui est la plus riche : une seule suffit à combler l’apport quotidien.

Les apports quotidiens recommandés sont de 50 à 70 µg.

Notre alimentation étant largement suffisante à combler nos besoins, les carences en sélénium sont rares dans les pays occidentaux et surviennent essentiellement dans des conditions particulières : maladies intestinales, alimentation parentérale (en perfusion)… Elles se traduisent certainement par une baisse des défenses immunitaires et par un risque accru de cancers.

Inversement, en excès, le sélénium peut entraîner un vieillissement prématuré ainsi qu’une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires, et là encore, de cancers.

Une forte dose de sélénium peut également entraîner des nausées, des diarrhées, une fragilisation des ongles, une perte de cheveux et une fatigue importante.

A noter que trop ou pas assez de sélénium pourrait également jouer un rôle dans la survenue des cataractes.

On retiendra qu’en matière de cancers, cataractes et aussi de maladies cardiovasculaires, il ne faut ni trop, ni pas assez de sélénium.

Le rôle antioxydant du sélénium

Le sélénium a un rôle d’antioxydant car il entre dans la composition d’un enzyme (la glutathion-peroxydase) qui agit sur le glutathion, molécule ayant un pouvoir antioxydant très élevé.

Rappelons que toutes les réactions qui se produisent dans l’organisme utilisent de l’oxygène et produisent des radicaux libres. Ces derniers doivent être éliminés progressivement afin d’éviter les excès qui seraient alors nocifs. Ce rôle incombe aux molécules antioxydantes.

Le sélénium intervient également dans le fonctionnement du système immunitaire et dans celui de la glande thyroïde.

En conclusion, il ne faut pas abuser des suppléments en sélénium. Mieux vaut demander l’avis de son médecin avant toute supplémentation, qui peut, par exemple, s’avérer bénéfique en thérapie complémentaire de certains cancers…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*