[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le Goji est le nom populaire d’un petit fruit rouge de la famille des Lycium. Outre ces deux variétés principales, le Lycium Barbarum et le Lycium Chinense (Goji chinois), on retrouve aussi les noms de Wolfberry, Spina Santa (Épine du Christ), Lycium Tibeticum, Wild Goji (Goji sauvage), Goji de l’Himalaya et Kuko.

Tous ces noms représentent-ils tous le même fruit où il y a-t-il des différences? Lequel est le meilleur Goji? Voici enfin des réponses claires et indépendantes à la lumière des plus récentes données scientifiques et botaniques en la matière.

Le Goji vient de la famille des Lycium, qui comprend plus de 80 variétés. Parmi elles, deux variétés seulement sont cultivées pour la commercialisation de leurs fruits : le Lycium Barbarum et le Lycium Chinense.

Le Lycium Chinense, aussi appelé Goji Chinois, est un Goji commercial vendu sur le territoire chinois et utilisé à travers le monde pour être intégré à des recettes culinaires, des poudres et des jus. Il est également très prisé par les compagnies de cosmétiques. Le Lycium Chinense n’est pas très bon au goût et se vend à bas prix.

goji-super-fruit-baies-de-goji-himalaya-goji-berries-58

Le Lycium Barbarum est une variété de Goji qui pousse dans les régions proches de l’Himalaya, à la hauteur de la Mongolie Intérieure et du Cachemire. Ce Goji possède des propriétés nutritionnelles uniques au monde. Ses bienfaits pour la santé auraient été découverts par des moines tibétains il y a 2500 ans.

Tous les autres noms donné au Goji réfèrent au Lycium Barbarum. Voyons les un par un pour découvrir leur origine.

* Wolfberry : il s’agit simplement de la traduction anglaise de l’expression “baie de Goji”. Il ne spécifie pas la variété. C’est pourquoi les termes Lycium Barbarum ou Lycium Chinense doivent être ajouté sur l’étiquette du produit vendu pour en clarifier la source.
* Kuko : il s’agit cette fois de la traduction japonnaise de l’expression “baie de Goji“. Tout comme son homologue anglais, cette appellation ne précise pas la variété de Lycium qui doit être précisée sur le paquet.
* Spina Santa (Épine du Christ) : il s’agit d’une expression qui tirerait son origine de la Corse. Cette appellation est utilisé seulement par les distributeurs de la compagnie Organizen. Ce qu’il est important de savoir, c’est que le Goji vendu lui ne vient pas de la Corse, mais du Cachemire. Il s’agit bien sur de Lycium Barbarum. Il semblerait donc que l’expression Spina Santa n’ait d’autres buts que l’intention marketing de faire croire faussement à une variété exclusive, dont la cie Organizen aurait l’exclusivité.
* Wild Goji (Goji sauvage) : Cette expression tire son origine des moines tibétains qui cherchaient à faire une distinction entre le Goji aux propriétés curatives exceptionnelles (Lycium Barbarm) et le Goji chinois populaire (Lycium Chinense). Les moines n’utilisaient bien évidemment pas le terme Lycium, d’où cette distinction simpliste mais claire. Aujourd’hui, l’expression est reprise par certains distributeurs qui tentent de faire croire qu’ils vendent un Goji poussant à l’état sauvage dans les hautes montagnes de l’Himalaya. Il s’agit encore d’une tentative de marketing qui frole la mauvaise foi. Tous les Goji commercialisés en occident sont issus d’agriculture controlée. Ce terme réfère simplement à du Lycium Barbarm.
* Goji de l’Himalaya : Cette fois encore, le terme Goji de l’Himalaya cherche simplement à faire une distinction avec le Goji populaire chinois. Certain distributeur tente de faire croire que Goji de l’Himalaya représente une variété exclusive qui pousse dans des conditions extrêmes dans les hauteurs de l’Himalaya. Or le Goji est une plante fragile, dont la culture s’apparente à la vigne. Le Goji a besoin de 180 jours de suite sans gels durant l’été et ne peut supporter une température inférieure à -22 degrés celcius l’hiver. Évidemment, on ne retrouve pas ces conditions essentielles à 3000 mètres d’altitudes.
* Lycium Tibeticum : Il s’agit de l’expression qui cause le plus de soucis aux consommateurs de Goji car les distributeurs de Goji utilisant cette affirmation n’hésitent pas à imposer leurs points de vue sur Internet et dans les médias de façon très agressive. L’appellation Lycium Tibeticum a été inventée par un botaniste américano-tibétain du nom de Bradley Dobos. M. Dobos prétend avoir découvert une variété de Goji typiquement tibétaine, poussant dans les hauteurs de l’Himalaya. Ces recherches ont été développée et démontrée grâce aux analyses du laboratoire Tanaduk, basé au Tibet.


One Comment

  1. Posted 22 août 2009 at 12 h 06 min | Permalink

    Bonjour,
    j’apprécie tout particulièrement les explications données sur votre blog, car comme nous, vous essayez d’être le plus proche de la réalité, même si cela est parfois difficile.
    Ceci est compliqué car même quand nous allons dans les régions chinoises (mongolie intérieure ou ningxia), la réalité nous est souvent dissimulée.
    Votre blog est complémentaire au notre : goji-bio.org
    J’espère que nous pourrions davantage échanger, et ce pour que les consommateurs connaissent la vérité sur le goji et les pratiques commerciales qui en résultent.
    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*