[Total : 9    Moyenne : 3.1/5]

Le goji est présenté comme le « fruit miracle de l’Himalaya», et vous allez probablement en entendre parler dans les mois ou les années qui viennent, au même titre que le Ginseng, l’Aloe vera, le silicium organique ou le Noni.

Car après le succès du goji dans les pays anglo-saxons, la petite baie chinoise ne saurait tarder à être distribuée en France à une plus grande échelle. “Goji” est le nom commercial du Lycium barbarum (et Lycium chinense, espèce très proche), Wolfberry en anglais.

Expérience personnelle

Mon propos est de faire ma propre enquête sur les vertus extraordinaires qu’on lui prête, et préciser les indications médicales pour lesquelles le Goji est vraiment efficace.  J’ai commencé par ailleurs à faire une cure de gojis (une grosse cuillère à soupe tous les matins). Pour ce qui est de mon cas (pleine santé !) les effets ont commencé à se faire sentir à partir d’une semaine environ : un tonus prodigieux, rappelant quelque part le tonus obtenu lors d’un régime macrobiotique.

Précisons que j’ai l’intention de distribuer cette petite merveille venue d’Asie, et que c’est dans l’objectif d’être crédible que j’entreprends cette démarche. J’ai l’autorisation de traduire Wolfberry: Nature’s Bounty of Nutrition and Health du Prof. Paul M. Gross (« the berry doctor ») qui est l’ouvrage de référence sur le goji, détaillant les nombreuses études médicales qui ont été conduites depuis une vingtaine d’années. Ce que je ferais si j’en trouve le temps. L’article dans Wikipédia sur le “Wolfberry” est exemplaire, et est en partie le fruit de son travail. Les études ont été essentiellement conduites en Chine, sur le Lycium barbarum et le Lycium chinense.

Un autre médecin américain, le Dr Bradley Dobos, phytothérapeute qui s’est spécialisé en médecine tibétaine et est devenu célèbre dans cette discipline, affirme avoir travaillé sur les bienfaits de la baie depuis de nombreuses années, et être à l’origine du terme « goji ». Il affirme également qu’il y a de nombreuses espèces de lycium sauvages qui poussent dans les régions himalayennes, qu’il a fait un travail de sélection des espèces et des plants les plus intéressants et de les avoir mis en culture, aussi bien dans les régions himalayennes qu’aux USA.

himalaya-goji-berries-baies-de-gojis

A l’inverse Paul Gross ainsi que plusieurs journalistes ayant enquêté sur le sujet, affirment que le lycium sauvage himalayen est excessivement rare, et que la  quasi totalité des produits qu’on trouve sur le marché proviennent des cultures de Chine centrale.

Le goji a été déclaré « TRESOR NATIONAL » par la commission scientifique et technologique du gouvernement chinois, et serait devenue l‘arme secrète des  nageurs chinois pour figurer dans les équipes olympiques.

Le magazine Time a déclaré le goji « SUPERFRUIT DE L’ANNEE » en 2006. Voici la phrase, tirée d’un article intitulé “A taste of the future” : This year’s breakout was  the Himalayan goji berry, said to be a source of energy and longevity . Il s’agit en effet de la percée économique du Goji, aussi bien sous forme de jus que de baie séchée ou  encore sous forme d’extrait mis en gélule. Cette percée s’inscrit dans le créneau des “superfruits”, champions des antioxydants 100% naturels.

Historiquement, ce sont les travaux du nutritionniste contesté Earl Mindell , qui ont mis en évidence les propriétés exceptionnelles du goji. Surfant sur ses  travaux, la société  Freelife, qui affirme avoir isolé l’espèce de Lycium la plus intéressante et l’avoir mise en culture, a connu un important développement  économique en distribuant et  commercialisant le jus de goji par le biais du marketing de réseau.
L’utilisation de l’image de l’Himalaya et du Tibet, terre mythique et mystique, est surtout une affaire de marketing. Car la baie de Lycium barbarum fait l’objet de cultures intensives en Chine centrale (province du Ningxia), en Mongolie intérieure et en Chine du sud-est et ces régions sont les principaux pourvoyeurs du fruit.
Le goji du Ningxia serait de bonne qualité en raison de la richesse des sols de cette région, dit-on.

Mais il exsite un développement des cultures de goji dans d’autres endroits que la Chine. Il en existerait également dans des régions himalayennes telle que le Népal ou le Kashmir.

La plante

Le Lycium barbarum fait partie de la famille des Solanacées, au même titre que la tomate, la pomme de terre ou l’aubergine. C’est en fait une plante relativement commune dans nos régions , et plus particulièrement en Corse semble-t-il. Mais les agriculteurs chinois la cultivent depuis longtemps et ont sélectionné des plants qui possèdent des principes actifs en plus grand nombre. L’autre espèce présente en Chine, le lycium chinense est considéré comme une espèce très proche du lycium barbarum. Les baies sont abondamment consommées (plus petite et légèrement plus sucrée), et font partie, comme le lycium barbarum, de la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise (MTC).

La composition des baies de goji :

19 acides aminés, en quantité exceptionnelle, dont l’Arginine, la leucine. Rappelons le rôle de ces molécules organiques : synthèse des protéines, fourniture d’énergie, précurseurs des hormones et enzymes… ;

– des macro-éléments intéressants (dans une proportion similaire aux graines de lin), en particulier magnésium et potassium

–  21 oligo-éléments en dosage quasi parfait, avec en particulier du cuivre, du zinc, du fer et surtout du sélénium (antioxydant majeur). En revanche P. Gross ne mentionne pas d’importantes quantités de germanium

vitamine C (dans la même proportion que les épinards, donc un taux élevé mais on est loin des proportions annoncées sur certains sites).

vitamines du groupe B, notamment B2 (riboflavine) et B3 (niacine)

vitamine E

gamme complète d’acides gras essentiels (poly-insaturés) en proportion inégalée dans une baie : oméga 6 en majorité et oméga 3 ainsi que d’autres acides gras et un phytostérol.

caroténoïdes : bêta-carotène, lutéine et surtout zéaxanthine, abondamment étudiée. Les caroténoïdes favorisent la protecteur de la vision, du cerveau, de la peau, du système circulatoire et de l’ensemble de l’organisme (risque de maladies dégénératives et neurodégénératives). Le goji contient divers autres flavonoïdes, composés phénoliques et pigments terpéniques.

polysaccharides (au moins 8), les micronutriments les plus recherchés et étudiés du Goji, molécules mères complexes (formes de glucides) qui, comme dans la spiruline et les champignons médicinaux, où leur action a fait l’objet de multiples études, régulent et surtout stimulent les mécanismes de défenses naturelles. En tant que source de fibres solubles propices au développement des bonnes bactéries de la flore intestinale, ils agissent comme prébiotiques. Aussi présence de 6 monosaccharides.

– autres micro-nutriments faisant l’objet d’études : taurine, bétaïne, pyrroles silybines-like, amides phénoliques, scopolétine, bêta-systérol (régulateur de la tension artérielle et du métabolisme du glucose et du cholestérol), acide p-coumarique et ellagique, et quelques autres (in Paul Gross, p125) dont la solavétivone (antibactérien et fongicide), la cypérone et la physaline (défenses naturelles et système sanguin).

Valeur ORAC : parmi les aliments qui détiennent le plus haut taux ORAC (oxygen radical absorbance capacity, une méthode qui permet de mesurer la capacité d’absorbtion des radicaux oxygènes par analyse du sang après ingestion de l’aliment), le goji figure dans le peloton de tête, et même en tout premier selon plusieurs analyses, auprès duquel le site Pharmanath semble avoir demandé de tester le goji.
Toutefois, cette mesure ne tiendrait compte que des antioxydants hydrosolubles, aussi emploie-t-on parfois un autre échelle, la TAC (Total Antioxydant Capacity), qui elle mesure également les antioxydants liposolubles indépendamment des hydrosolubles ; cf l’article de Health and food.

C’est bien-sûr dans la richesse de ses micronutriments et de leur synergie qu’il faut chercher l’explication des propriétés exceptionnelles des baies de goji, et leur action sur de si nombreuses fonctions du corps humain. Mais il faut rajouter le haut taux vibratoire, mesuré par les radiesthésistes (qui se mesure en bovis). Les taux mesurés pour le Goji-himalaya semble exceptionnels. Cela explique probablement la dimension énergétique du goji, est son effet régénérant, détoxinant que de plus en plus de personnes attestent. Notons que pour conserver son taux vibratoire, les baies doivent être conservées avec soin : au frais, au sec et dans un endroit sombre si possible. Aurait-on trouvé avec le goji l’aliment “miracle” du prochain millénaire ??
Je ne sais pas mais ce qui est sûr c’est que beaucoup de personnes ont des résultats très intéressants et même très prometteurs, qui se transmettent de bouche à oreille et qui expliquent le  un peu partout dans le monde et dit-on, aussi parmi plusieurs stars internationales.

Remarque concernant le tableau 8 présenté p. 39 du livre du Dr Paul Gross qui compare les taux d’acides aminés du goji avec la myrtille, les épinards, les graines de lin et la papaye. On remarque des quantités importantes d’acides aspartique et glutamique, de leucine, proline, arginine, threonine, serine, glycine, alanine et d’autres acides aminés sans oublier le tryptophane, précurseur de la mélatonine, l’hormone du sommeil. Il contient également de la bétaïne qui possède un rôle de protection de la fonction hépatique primordial (utilisée par le foie pour produire de la choline, aide à réduire le niveau d’homocystéine) et protège l’ADN.

Les bienfaits et les indications

1) En phytothérapie occidentale, l’utilisation des feuilles est connue

Jean Valnet préconisait dès 1972 l’utilisation des feuilles pour :

– toux spasmodiques ; – irritation laryngée des orateurs ; – hypertonie gastrique ; – sueurs des tuberculeux ; – dysménorrhées ; – prostatisme

Mais il ne cite pas les fruits.

2) En médecine traditionnelle chinoise

Le vrai nom du goji est GOU QI ZI (prononcer Goutchizi). C’est un des grands remèdes de la Médecine chinoise, qu’on retrouve dans de nombreuses formules thérapeutiques. En MTC on dit qu’il nourrit le sang et le Yin. Doux, neutre, il nourrit et tonifie le Foie et les Reins (il traite le yin faible). Et les yeux sont la porte de sortie du foie… Il s’emploie notamment pour les personnes du troisième âge, lorsque le Yin est déclinant. La tradition chinoise est confirmée par une récente étude occidentale au cours de laquelle les malades ont ingéré environ 50 g de baies de lyciet par jour. Leur vision s’est considérablement améliorée.

Autres indications traditionnelles : lubrifie les poumons (traite la toux chronique), agit sur l’état de la peau. Il est d’ailleurs beaucoup utilisé dans plusieurs pays d’Asie en cosmétologie. Consommé tel quel ou bien en décoction, il est utilisé lors des signes de vide du Foie et des Reins tels que : dorsalgie, faiblesse des lombaires et des genoux, sciatique, impuissance, stérilité masculine et éjaculation précoce, régulation de la tension, hépatite, syndrome d’amaigrissement diabétiforme… Les feuilles aussi sont utilisées : dans les inflammations hémorroïdaires, les pertes blanches.

Cf les ouvrages suivants : L’herboristerie traditionnelle chinoise de Pierre Sterckx, Médecine chinoise du Dr Lihua Wang, Maladies et Symptômes en MTC de Philippe Sionneau.

Donc l‘indication traditionnelle principale du goji sont les troubles visuels (par vide de Jing et de sang) avec des signes comme : diminution de l’acuité, mouches volantes devant les yeux, éblouissement, yeux secs ou douloureux, cataracte, conjonctivite… et la dégénérescence maculaire .

Remarques : Jing signifie « essence vitale », et avec le Qi et le Shen, il est l’un des “trois trésors” en MTC. En remontant le Jing, le goji est un pourvoyeur de la vitalité des reins, responsables des fonctions essentielles de la vie : naissance, croissance, reproduction et développement


4 Comments

  1. Paul de Lyon
    Posted 28 mai 2009 at 10 h 40 min | Permalink

    Dans le cas de paludisme chez la femme enceinte, Il existe une alternative peu connue pour aider à augmenter son taux de fer, donc combattre l’anémie, c’est de consommer du Goji, très riche en fer autres minéraux et surtout très assimilable par notre corps car naturel.

    En ce qui me concerne, j’achète mon Goji séché sur Internet depuis plusieurs mois et je suis très satisfait tant du service que de la qualité.
    Paul Lyon

  2. DAVID
    Posted 23 juillet 2009 at 23 h 12 min | Permalink

    je voudrais savoir sur quel site tu les trouves.car a priori il a du serieux et du moins.
    cordialement

  3. ROY Claudine à AUBERVILLIERS 93300
    Posted 23 juillet 2012 at 14 h 54 min | Permalink

    bonjour, je prend du goji depuis 1ans et je suis en pleine forme physiquement et moralement, bien que j’ai de la SEP, produit miracle que j’achète à la boutique agoji.com, tout comme Paul de LYON . FORMIDABLE CE FRUIT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*